La Beurgeoisie

Le seul combat perdu d’avance, est celui qu’on ne livre pas.

Les Meilleurs Salaires des Jeunes Diplômés :: 1/2

Quels sont les jobs qui payent le mieux à la sortie de ses études ? Comment décrocher rapidement le salaire que d’autres mettront des années à toucher ? Il faut bien choisir les domaines qui rapportent le plus. Voici une visite guidée en deux parties (1/2 et 2/2), des spécialités qui payent le mieux.

Les fusions acquisitions

C’est quoi ?

En anglais on parle de M&A pour Mergers and Acquisitions, il s’agit du rachat d’entreprises ou de parts par d’autres entreprises. Une M&A peut être très intéressante pour une société cherchant une croissance externe ou voulant être le leader sur un segment de marché. Par exemple, lorsque Google a voulu se positionner sur le segment de la vidéo en ligne, il était plus intéressant pour eux d’acheter YouTube plutot que de continuer le développement de Google Video en interne.

Salaire : 60 000€ – 100 000
Écoles Cibles : HEC, ESSEC, ESCP-EAP.
Profils : Les candidats (au moins) bilingues anglais issus des grandes écoles de commerce sont recherchés.
Rythme de travail : Une fusion ou un rachat se préparent très longtemps à l’avance et de nombreux spécialistes s’attèlent à la tache (Juridique, Finance, Economique, RH…). Un rythme de travail effréné même le week-end est donc attendu.
Les sociétés : Goldman Sachs, Citigroup, Morgan Stanley, JP Morgan, Merrill Lynch

La finance…évidemment

C’est quoi ?

Il s’agit de tout ce qui concerne les banques d’investissement : de l’informaticien en back-office jusqu’au trader en front-office. Comme leur noms l’indiquent, ces banques investissent des sommes d’argent dans divers produit financiers afin de générer du profit. Cette activité passe par une connaissance pointue du marché en temps réel et la capacité à prendre rapidement de bonnes décisions.

Salaire : 50 000€ – 70 000€
Écoles : HEC, ESSEC, ESCP-EAP et les autres grandes écoles de commerce mais aussi les grandes écoles d’ingénieurs ENSMP, Ecole Centrale Paris, ENSAE et bien d’autres…
Profils : Les candidats doivent également maitriser l’anglais et de plus savoir résister au stress lié aux activités des salles de marchés.
Rythme de travail : Un rythme de travail important est également imposé.
Les sociétés : En France : Calyon, SGCIB, BNP-Paribas, Natixis. A l’étranger : RBS, Barclays, HSBC

Le commercial

C’est quoi ? Ou plutot : c’est qui ?

Le commercial est un élément clé de la structure d’une société puisque c’est lui qui va permettre à celle-ci de décrocher de nouveaux contrats afin de générer du chiffre d’affaires. On a donc les commerciaux classiques, qui proposent des services aux clients, et les ingénieurs d’affaires en SSII qui eux placent des consultants au sein des sociétés clientes (Grands Comptes, Banques etc). Cette catégorie de personnes permet donc les rentrées d’argent au sein de l’entreprise, d’ou la criticité de ce rôle. Ces commerciaux sont rémunérés différement des autres salariés : ils ont en général un salaire fixe assez bas, puis ils touchent des commissions sur les contrats qu’ils mènent à bien. Une grande partie de leur salaire est versée en commissions. C’est cette partie variable qui peut permettre à un débutant de toucher 50k € (voire plus).

Salaire : 30 000€ – 50 000€
Écoles : Toutes les écoles d’ingénieurs et de commerce, ainsi que les universités.
Profils : Un candidat aimant la relation client et sachant convaincre. En général les sociétés recrutent 2 types de commerciaux : les hunter et les farmer. Les hunter prefèrent « chasser » un maximum de clients pour générer du chiffre tandis que les farmer préfèrent cultiver leur relations avec les clients existant pour pouvoir déceler les nouveaux projets et opportunités.
Rythme de travail : Il y a pas mal de déplacements à prévoir mais le rythme n’est pas insoutenable en général. Le plus difficile est peut-être la concurence avec ses collègues et le culte de la performance.
Les sociétés : Quasiment toutes les sociétés embauchent des commerciaux.

La deuxième partie de cet article mettra en lumière les postes que l’on peut atteindre sans forcément passer par de grandes écoles prestigieuses.

Update : Comme l’a très bien dit Andy en commentaire, avec la crise financière actuelle, les salaires dans la finance vont surement baisser, et certains anciens High Potential vont se retrouver…sous un pont :)

A suivre…ici.

Photo by Konstantin Sutyagin

Be Sociable, Share!
4 comments

4 Comments so far

  1. Andy octobre 9th, 2008 12:34

    Salut Beurgeois,

    1 petit gars que je connais et qui sort d’une des écoles mentionnes ci-dessus est allé en M&A dans une BI (banque d’Inv) a Londres il y’a quelques années. La banque a eu quelques gros pbs et le voila a la rue…

    S’en remettra, s’en remettra pas … qui sait …

    Avec la crise actuelle mais avant ou après toute crise en fait, le vrai conseil qui pourrait être donner a tout jeune qui sortent sur le marche du travail est d’investir dans sa matière grise, de voguer et de laisser se développer l’inspiration.

    La création de valeur ne passe que passe par soi.

    A.

  2. Beurgeois octobre 9th, 2008 20:30

    Salut Andy,

    Tu a tout a fait raison, j’ai d’ailleurs mis à jour l’article en rajoutant une note à la fin en ce sens.

    Toujours pour continuer dans ta pensée je résumerai ce que tu dis par : « It is the mind that makes the body rich ».

    Je pense que tu seras d’accord ^^

  3. Andy octobre 10th, 2008 0:00

    Complètement d’accord Beurgeois.

    A.

  4. […] la suite de l’analyse décryptant comment obtenir les meilleurs salaires en tant que jeune […]

Leave a reply