La Beurgeoisie

Le seul combat perdu d’avance, est celui qu’on ne livre pas.

Que penser d’Obama ?

J’ai été récemment contacté par la BBC pour témoigner lors d’une émission radio concernant l’espoir que Barack Obama suscitait chez les Français d’origine étrangère. C’est ce qui m’a donné l’idée d’écrire cet article.

Tout d’abord intéressons nous rapidement au parcours de Barack Obama. Il est le fils d’un Kenyan et d’une Américaine, il est né à Hawaï en 1961. Il n’a pas beaucoup vu son père étant jeune, celui-ci étant reparti au Kenya pour ensuite mourir dans un accident de voiture en 1982.

Ce qui est intéressant dans la jeune vie d’Obama, c’est le fait qu’il a vécu et étudié à différents endroits de la planète, en contact avec différentes cultures : à Hawaï, en Indonésie et aux USA. Il est sorti major de sa promo en 1983 à la Columbia University (New York) avec un B.A. in political science with a specialization in international relations (ce qui correspond à une licence).

On remarque tout de suite qu’Obama est né global. Il a également appliqué la méthode J3M.

De mon point de vue, Obama suscite un espoir énorme pour toutes les personnes issues de l’immigration dans le monde. En effet, imaginez un peu : l’homme le plus puissant du monde serait un afro-américain, de culture multiple ! C’est un beau message d’espoir et de paix pour tous.

Une motivation aussi. Il serait le plus bel exemple que le mélange des cultures est une richesse, et non un problème.

Il est intéressant de savoir qu’Obama est millionnaire (notamment grâce à son livre). Sa fortune étant estimée à 1,3 M$.

Bien sur des critiques ont émergés sur Obama. Notamment le fait qu’il soit pas black enough (« assez noir ») pour représenter les minorités. Obama est conscient de ce problème lorsqu’il dit : we’re still locked in this notion that if you appeal to white folks then there must be something wrong (« on est toujours bloqué sur cette notion qui dit que si vous plaisez aux blancs, alors quelque chose ne va pas »).

Obama est donc assaillit de tous cotés : d’une part par les WASP, qui pensent qu’il ne va s’occuper que des minorités, et d’autre part par les minorités qui se méfient du fait qu’il plaise aux WASP. C’est un peu le même problème lorsque vous êtes Français d’origine étrangère : en France vous pouvez être vu comme un étranger, et dans le pays de vos parents vous pouvez être vu comme un Français…

Je suis curieux de voir comment il va se sortir de cette situation et nous aurons tous beaucoup à apprendre de sa stratégie…s’il réussit à se faire élire.


Credits Photos : As a work of the U.S. federal government, the image is in the public domain.

Be Sociable, Share!

A lire également

1 comment

1 Comment so far

  1. Tina juillet 29th, 2008 22:33

    Le fait d’étre issu de l’émmigration ne signifie pas forcément étre voué à l’échec car tout est une question de volonté. Quand on a la volonté de réussir ses études, son travail, sa carriére, peu importe d’ou on vient, qui on est, ce qui compte c’est ce qu’on sait faire, ce qu’on veut faire, mais malheureusement comme l’a si bien démontré notre ami tout n’est pas toujours une question de volonté, car il y’a des moments où l’on a beau avoir la meilleure volonté du monde, des obstacles sociaux nous bloquent et réduisent nos chances de réussite.

Leave a reply