La Beurgeoisie

Le seul combat perdu d’avance, est celui qu’on ne livre pas.

Ça compte pour du Beur : Le Syllogisme 1/2

Une figure de rhétorique bien connue s’applique bien souvent a la description des Français issus de l’immigration. Il s’agit du syllogisme.

Attardons-nous sur ce terme afin d’en revoir la définition pour en déjouer les effets pervers, que l’on peut constater dans la logique collective au jour le jour.

L’ambition du syllogisme est d’établir la véracité d’une conclusion, obtenue à partir de deux propositions sensées être vraies. Cette méthode de la pensée a été découverte par Aristote.

Exemple (classique) : Tous les hommes sont mortels, or les Grecs sont des hommes, donc les Grecs sont mortels.

Les deux propositions nous permettent d’arriver à la conclusion que les Grecs sont mortels. L’esprit populaire, c’est à dire le citoyen lambda, est friand des logiques expéditives et rapides, ou l’on arrive à une conclusion qui semble vraie sans trop réfléchir. On pourrait appeler ça : la logique people.

Maintenant, partons d’une vérité populaire : les jeunes issus de l’immigration sont voués à l’échec.
Essayons de reconstruire le syllogisme populaire qui peut nous amener à cette conclusion.

Les jeunes des banlieues sensibles sont voués à l’échec, or les jeunes issus de l’immigration habitent les banlieues sensibles, donc les jeunes issus de l’immigration sont voués à l’échec.

Avouez que cette logique est tentante.

Elle parait basée sur 2 vérités populaires :

  • Les jeunes des banlieues sensibles sont voués à l’échec, car leur quotidien est fait de violences, de crimes, de vulgarité, de ZEP, de HLM et de pauvreté
  • Les jeunes issus de l’immigration habitent ces quartiers car ils sont fils de populations migrantes, qui par définition sont pauvres

Et la boucle est bouclée.

Cependant, cette logique populaire est fausse. Et nous allons voir pourquoi.

L’utilisation sans discernement de syllogismes peut conduire à des résultats étonnants :

Les jeunes des banlieues sensibles sont voués à l’échec; or les jeunes issus de l’immigration qui réussissent, habitent les banlieues sensibles; donc les jeunes issus de l’immigration, qui réussissent, sont voués à l’échec !

Paradoxe : ces jeunes ne peuvent pas réussir et échouer en même temps…Ou est l’erreur ?!?!??

A suivre…

Be Sociable, Share!
1 comment

1 Comment so far

  1. [...] à sa place ? Sous prétexte d’être né pauvre, on devrait le rester ? Il faut arrêter la logique people ! Il faut avoir du culot et savoir saisir sa chance. On ne réussit jamais sans ambition car [...]

Leave a reply